TRAVAIL DE RECHERCHE ETUDIANT - Manon Suchail

  Retour

TRAVAIL DE RECHERCHE ETUDIANT - MANON SUCHAIL

Bravo à Manon, étudiante à l'EDNH en 2ème année de Bachelor Diététique et Nutrition Humaine à Montpellier !

ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE  ET PETIT BUDGET :  EST-CE POSSIBLE ?

 

 

INTRODUCTION 

“La santé par l'alimentation, c'est l'enjeu des années à venir” Joël Robuchon 

Aujourd’hui l’importance de la nutrition dans la prévention de nombreuses pathologies  est de plus en plus répandue. La mise en place d’une politique nutritionnelle est donc devenue  une priorité en matière de santé publique. 

En effet, il est prouvé que le déséquilibre des apports nutritionnels et le manque d’activité  physique sont à l’origine de nombreux cancers et de maladies cardiovasculaires provoquant  plus de 55 % des 550 000 décès annuels en France. Notons aussi que l’équilibre nutritionnel  est impliqué dans la prévention des risques de développer du diabète, de l’ostéoporose, de  l’obésité ou tout autre problème de santé. 

L’équilibre alimentaire ne signifie pas « manger de tout en quantité égale » mais plutôt « manger de tout en quantité adaptée » selon ses besoins et son rythme de vie. Le « bien manger » est souvent associé à un budget alimentaire élevé, ce qui a tendance à  freiner les consommateurs les plus précaires qui se rabattent sur des produits prêts à l’emploi  et autres plats préparés. Cette attitude pourrait se révéler néfaste pour la santé en raison des  nombreux additifs et de quantités importantes de mauvaises graisses, de sucre et de sel dans  ces produits. Il n’est pas évident non plus que ce soit vraiment la solution pour économiser. 

Est-il possible de manger équilibrer sans se ruiner ?  

Nous verrons tout d’abord la réelle signification de l’équilibre alimentaire, puis la part du budget  des français consacrée à leur alimentation et enfin, il s’agira de montrer que manger équilibré  peut rimer avec petit budget.

 

I. UNE ALIMENTATION ÉQUILIBRÉE POUR ÊTRE EN BONNE SANTÉ

 

Manger équilibré pourrait sembler compliqué, mais c’est en vérité plus simple qu’on ne  le pense. Afin que chacun s’y retrouve en termes d’alimentation équilibrée, un plan de santé  publique a été lancé en 2001. 

 

Le Programme National Nutrition Santé (PNNS), apparu en France en 2001, a pour but  principal de contribuer à la santé de la population en améliorant leur nutrition. Il s’agit d’un programme quinquennal gouvernemental inscrit dans l’article L 3231-1 du code  de la santé publique et articulé avec le Programme National pour l’Alimentation (PNA) créé en  2010. Les recommandations de ce programme, élaborées par l’ANSES (Agence nationale de  sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), prennent en compte les  besoins des personnes en bonne santé, les facteurs environnementaux, la culture des  français, leurs habitudes et sont à adapter en cas de troubles ou de maladies spécifiques. 

Le PNNS est renouvelé tous les 5 ans afin de suivre l’avancée des études scientifiques  sur la santé des Hommes et de rester à jour face à l’évolution de la qualité des produits. C’est  pourquoi, depuis sa création, on en compte 4 versions : le PNNS 1 de 2001 à 2005, le PNNS  2 de 2006 à 2010, le PNNS 3 de 2011 à 2016. Accessible à tous, le PNNS 4 est la dernière  édition de ce programme mis à jour en 2019. Ses deux enjeux principaux sont notamment :  

- l’adoption des repères à 2 niveaux de lecture. À la fois simple et précis, il doit être facile à  comprendre pour l’ensemble des français mais suffisamment précis pour ceux qui souhaitent  aller plus loin dans leurs démarches alimentaires. 

- la prise en compte des inégalités sociales, afin de permettre à chacun d’être en bonne santé  quelques soient ses conditions de vie. 

Les actions menées par le Programme National Nutriton Santé sont regroupées à  travers 10 mesures phares dont 7 concernant l’alimentation présentées ci-dessous : « Promouvoir les nouvelles recommandations nutritionnelles »  

Cette première mesure vise à faciliter l’accès à l’information. Le site officiel Manger-Bouger  est régulièrement mis à jour pour permettre aux français de retrouver facilement les  recommandations et les réflexes à adopter pour rester en bonne santé. Pour que les enfants  puissent aussi en bénéficier, les célèbres slogans « mange au moins 5 fruits et légumes par  jour » ou « ne mange pas trop gras, trop sucré, trop salé » sont souvent diffusés à la télé entre  deux dessins animés. 

 

« Augmenter les fibres, réduire les quantités de sel, sucres, gras dans les  aliments […] et promouvoir le Nutri-Score ». (ANNEXE 1) 

Le Nutri-Score est un logo à 5 niveaux (de A à E) permettant d’informer les consommateurs  sur la qualité nutritionnelle d’un produit. L’attribution de ce score s’appuie sur la teneur en  nutriments à favoriser (tels que les fibres et les protéines) et ceux à limiter (tels que les acides gras saturés, les sucres et le sel). Concernant la plupart des produits, à l’exception des herbes  aromatiques, des thés et des cafés, l’apposition de ce logo facilite la lecture des étiquettes et  permet aux français de choisir des produits ayant une meilleure qualité nutritionnelle.  Cependant ce logo ne prend pas en compte la présence de pesticides ou d’additifs dans les  aliments. 

 

« Réduire la consommation de sel de 30% d’ici 2025 ».  

Pour cette mesure, la France s’est engagée auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé  (OMS) et mène une réflexion pour mettre en place les actions nécessaires pour respecter  cette promesse en s’appuyant sur la consommation de pain des français (représentant 25%  des apports en sel quotidien). 

 

« Protéger les enfants et les adolescents d’une exposition à la publicité pour des  aliments et boissons non recommandés » 

Les médias ont une grande influence sur notre alimentation. Il est donc important de protéger  les plus vulnérables face aux nombreuses stratégies des industriels, conscients de l’impact de  leurs messages sur les plus jeunes. 

 

« Permettre à tous de bénéficier d’une restauration collective de qualité en toute  transparence » 

D’ici 2022, le PNNS prévoit l’amélioration de la qualité des produits servis en restauration  collective (50% d’entre eux devront être bio et durables), ainsi que la mise en place du Nutri score. 

 

« Étendre l’éducation à l’alimentation de la maternelle au lycée ».  

L’équilibre alimentaire passe tout d’abord par l’éducation nutritionnelle. Pour garantir une  meilleure alimentation, il est nécessaire d’apprendre aux enfants à composer leur assiette, à  découvrir de nouvelles saveurs et de nouveaux aliments. En effet, la désinformation peut  causer une mauvaise alimentation. 

 

« Veiller à l’alimentation de nos ainés » dans le but de prévenir la dénutrition des  personnes âgées. La diminution des apports alimentaires sont susceptibles d’engendrer des  carences ainsi que l’affaiblissement général des plus âgées. Il convient donc de sensibiliser  les professionnels de santé et du secteur social pour palier à ce risque. Pour cela, le PNNS  propose d’instaurer la « semaine nationale de la dénutrition ». 

La nutrition est définie comme étant « l’apport alimentaire répondant aux besoins de  l’organisme ». D’après le PNNS, ce terme doit être compris dans sa globalité, en regroupant  l’alimentation et l’activité physique. 

Afin de communiquer les recommandations nutritionnelles pour la population le plus  simplement possible, l’Agence de Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSES) utilise la pyramide  alimentaire. (ANNEXE 2) 

 

La première représentation de cette pyramide a été proposé par le Département de  l’Agriculture des États-Unis en 1992. À la base, on trouve les aliments à privilégier comme les  fruits et les légumes, puis en remontant les aliments pour manger sainement classés par ordre  de priorité, avec au sommet les aliments à consommer occasionnellement et en petite  quantité. Cet outil de référence pour une alimentation saine et équilibrée a connu plusieurs  révisions. Dans sa dernière version, on constate que l’activité physique fait à présent partie de  la base de cette pyramide. On remarque également que les légumes secs se retrouvent à  présent aux côtés des viandes, poissons et œufs. Quant aux fruits et légumes, ils ont gagné  de l’importance face aux féculents. L’OMS recommande d’ailleurs de consommer entre 400 et  800 gr de fruits et légumes par jour. 

Cette pyramide alimentaire concerne les adultes. Il existe néanmoins une pyramide  adaptée à l’alimentation des jeunes enfants de 18 mois à 6 ans élaborée par l’ONE (Office de  la Naissance et de l’Enfance). (ANNEXE 3)  

En effet, l’ANSES identifie 4 catégories de population spécifiques présentant des besoins  physiologiques particuliers :  

- les jeunes enfants de 0 à 3 ans 

- les enfants de 4 à 17 ans 

- les femmes enceintes & allaitantes 

- les femmes ménopausées et les hommes de plus de 65 ans. 

Des recommandations sur mesures sont donc rédigées par l’ANSES pour chacune de ces  catégories. 

La mise à jour du PNNS présente également les nouvelles recommandations de  l’ANSES concernant la répartition des macronutriments : 

- 10 à 20 % de protéines animales ou végétales (contre 11 à 15 % dans l’ancienne version), 

- 40 à 55 % de glucides (contre 50 à 55 % auparavant), en veillant à réduire la consommation  de sucres simples, 

- 35 à 40 % de lipides (au lieu de 30 à 35 % auparavant). 

Cette répartition varie en fonction des pays, les recommandations au Canada sont bien plus  larges qu’en Suisse ou en Belgique, qui sont semblables à celles de la France. (ANNEXE 4)  

Toujours dans le but de simplifier la compréhension et la mise en applications de ces  recommandations, le PNNS a séparé ses repères nutritionnels en 3 groupes en fonction des  comportements à adapter. (ANNEXE 5)  

La première rubrique concerne les comportements à « Augmenter » : comme consommer des fruits et légumes (au moins 5 par jour), des légumes secs (2 fois par semaine minimum), des fruits à coque (une poignée par jour), cuisiner à la maison ou pratiquer une activité physique  au moins 30 minutes par jour. 

 

Dans le deuxième groupe « Aller vers », on recommande de manger 2 poissons par semaine  (un poisson gras et un poisson maigre), des produits céréaliers complets à chaque repas, des  matières grasses en privilégiant les huiles d’olive, de colza et de noix. Il y est conseillé  également de se tourner vers des produits locaux, de saison et bio, ou de se limiter à 2 produits  laitiers par jour pour une consommation suffisante mais adaptée (contre 3 dans l’ancien  PNNS). 

 

Quant au dernier groupe « réduire », il rassemble la viande (limitée à 500g maximum par  semaine) et la charcuterie (pas plus de 150g maximum par semaine). De plus on y retrouve  les produits et les boissons sucrées (limités respectivement à 10% des apports totaux et à 1  verre de 200 ml par jour). Tout comme dans l’ancien PNNS, l’alcool, les produits gras, salés,  sucrés, ultra-transformés et notés D ou E selon le Nutri-Score sont à éviter. Enfin, la réduction  du temps passé assis est une recommandation fondamentale de ce PNNS. 

 

Ces recommandations souvent indiquées en grammes ne sont pas toujours simples à  appliquer chez soi. Heureusement, il existe quelques repères visuels en utilisant les mains par  exemple. Les deux points serrés correspondraient à la quantité de légumes par repas, la  paume de la main à une portion de viande, deux doigts pour le fromage ou encore le point  serré pour les féculents crus. (ANNEXE 6)  

 

Afin de faciliter la composition d’un repas équilibré, les spécialistes affirment que la quantité  de légumes doit concerner 2/3 à 1/2 de la surface de l’assiette et en ce qui concerne les  féculents 1/4 à 1/3 de l’assiette. (ANNEXE 7)  

Grâce à cette communication simplifiée des recommandations de l’Anses, la  population a les cartes en main pour savoir comment manger équilibré et améliorer son état  de santé général. Il serait intéressant de savoir combien les français dépensent pour s’alimenter. 

II. LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DES FRANÇAIS 

 

En France, le budget alimentaire moyen est de 295 euros par mois. Pour les foyers  aisés, il s’élève à 558 euros soit plus de 3600 euros par an, ce qui représente environ 23%  du budget total d’un ménage français, selon « l’enquête budget de famille » de l’INSEE1 réalisée en 2015. (ANNEXE 8) On perçoit toutefois des disparités sociales puisque les foyers  modestes, ayant un revenu inférieur à 1000 euros par mois, dépenseront forcément moins  pour l’alimentation. On constate que l’âge et la composition familiale modifient également la répartition du budget : les jeunes dépensent environ 300 euros par mois pour leur alimentation,  tandis que les personnes de plus de 30 ans dépensent environ 20% plus. Les français consacrent une part de leur budget de plus en plus importante pour  l’alimentation. En 2017, les ménages consacraient 15,6 % de leur budget à l’alimentation hors  tabac et alcool, contre 15,3 % en 2011 selon les données de l’INSEE. 

 

La composition du panier alimentaire a évolué depuis 1960. D’après les comptes nationaux  de l’INSEE en 2010, en 50 ans (de 1960 à 2014) la consommation de pain, de viande, de fruits  et légumes et de boissons alcoolisée a nettement baissée, tandis que celle des poissons, des  œufs, des laitages, des plats préparés et des produits sucrés a augmenté. (ANNEXE 9)  

 

D’où l’importance de faciliter l’accès aux recommandations nutritionnelles de l’ANSES. Selon l’enquête « budget de famille » de l’INSEE, le budget alimentaire des français se  répartit en 2015 en 25% de viande, 19% de pain et de féculents, 15% de produits laitiers et  d’oeufs,10% de légumes, 8% de poissons, 7% de fruits, 7% de sucre et confiserie, 2% d'huiles  et de graisses et 8% d’autres. Les prix à la consommation des produits alimentaires et  boissons non alcoolisées ont augmenté de 6% entre 2010 et 2015. (ANNEXE 10) 

 

Un des facteurs déterminant de cette répartition est le prix. L’INSEE affirme que 85 % des  Français choisissent la grande distribution pour s’approvisionner et la plupart privilégient  l’achat de marques de distributeur. De plus, seulement 5 % des consommateurs français font  leurs courses au marché et 3% vont acheter directement chez les producteurs. Les français  cherchant à minimiser leurs dépenses alimentaires se focaliseront donc plus sur le prix plutôt  que sur le goût ou la qualité des produits. 

 

De nos jours, l’alimentation est un des principaux facteurs environnementaux  responsables du développement d’épidémies telles que l’obésité. Cette maladie correspond à  un excès de masse grasse dans le corps et à un IMC2 supérieur à 30, responsable de graves  conséquences sur la santé. Ses causes sont nombreuses et résultent de facteurs alimentaires,  génétiques épigénétiques et environnementaux. (ANNEXE 11)  

 

Selon l’étude ObEpi, le nombre de personnes atteintes d’obésité est passé de 8,5% en 1997  à 15% de français en 2012. Parmi ces 7 millions de personnes, on constate que les foyers les  plus précaires sont davantage touchés par cette maladie. Par exemple, l’étude révèle que  0,6% des enfants de cadres en souffrent contre 6,1% des enfants d’ouvriers. 

 

Les recommandations nationales pour la population (RNP) ont pour but d’améliorer la santé  des français et de lutter contre l’évolution de ce type d’épidémie. Encore faut-il les suivre. De nombreux consommateurs sont convaincus qu’il faut absolument mettre le prix pour  bien manger. Pourtant, il a été prouvé de nombreuses fois que manger équilibré ne signifie  pas vider son porte-monnaie et ce même avec un budget limité. 

 

III. MANGER EQUILIBRÉ SANS SE RUINER 

 

Les caractéristiques socio-économiques et démographiques montrent que les  personnes ayant un faible revenu ont généralement une alimentation plus déséquilibrée. Les  inégalités sociales engendrent des disparités de comportements alimentaires. Le rapport  Alisirs de l’INRA3 en 2010 et l’étude Abena de l’INVS de 2007 justifient cela par les ressources  financières limitées, ne permettant pas d’accéder à une diversité de produits, l’isolement social  et l’influence des publicités alimentaires qui jouent un rôle fondamental dans la recherche des  foyers précaires à appartenir à la société de consommation. 

 

S’éduquer et s’informer pour mieux consommer 

Le manque d’information et d’éducation nutritionnelle sont aussi des facteurs clé de ces  disparités. L’enquête NutriNet-Santé de l'Inserm4 révèle que lorsque les populations les plus  modestes sont éduquées, elles s'informent via les magazines de santé et comprennent que l’on peut manger équilibrer même avec un petit budget. 

 

Par manque d’information, de matériel et de savoir-faire, les foyers les plus pauvres ont  tendance à se tourner vers des produits industriels, des plats préparés, souvent trop gras, trop sucrés et trop salés. Ces populations ne bénéficiant pas toujours de connaissances  nutritionnelles, pensent à tort que manger équilibré passe forcément par la consommation de  produits bio. Or, le bio est souvent cher et pas toujours gage de qualité. Même si ces produits  sans pesticides sont meilleurs pour l’environnement, les gâteaux et plats préparés bio  contiennent tout autant voire parfois plus de sels, de sucre et de gras que leurs équivalents  non bio. (ANNEXE 12)

 

C’est pourquoi l’information est un enjeu fondamental pour améliorer  l’état de santé de la population. Le site officiel Manger-Bouger regroupe toutes les  recommandations santé du PNNS et apporte des conseils et des outils précieux pour les  mettre en application. On y retrouve aussi des informations sur la nutrition et de nombreuses  recettes.  

 

L’équilibre alimentaire est basé sur la consommation de produits bruts, qu’ils soient bio  ou non. L’AFDN5 démontre d’ailleurs que la consommation de fruits et légumes reste bénéfique pour la santé et l’alliée d’une alimentation équilibrée. De la même manière l’achat  de produits transformés, même bio, est à limiter dans un cadre de vie sain. Cet amalgame pousse certains consommateurs à penser qu’il faut forcément acheter les  produits possédant une allégation santé ou un packaging rappelant la nature pour manger  équilibré, or cette vision du « manger sain » peut coûter plus cher. Les industriels ayant bien  saisi cet engouement, un paquet de biscuit bio coutera environ 60% plus cher que son   équivalent non bio. (ANNEXES 13 et 14)

 

Pour en savoir davantage je me suis intéressée aux alicaments et à leurs allégations dans un autre travail de recherches sur le sujet6. Enfin, à ma connaissance les effets bénéfiques des produits bio sur la santé n’ont pas encore  fait leurs preuves tandis que les études sur les avantages des fruits et légumes sont bien  fondées. 

 

Consommer moins de viande pour sa santé mais aussi son budget 

Une des recommandations du PNNS est de limiter sa consommation de viande à 500g par  semaine. Dans son livre 50 Idées reçues sur l'agriculture et l'alimentation publié en février  2014, l’agronome Marc Dufumier affirme que manger équilibrer en réduisant mauvaises  graisses et sucres est synonymes d’économies considérables, notamment lorsqu’on diminue  les produits carnés, en tête de liste des dépenses alimentaires des français. 

 

Manger local et de saison 

Les astuces pour réduire son budget alimentaire tout en mangeant équilibré ne s’arrêtent pas  là. Concernant l’achat de fruits et légumes, il est conseillé de privilégier les produits locaux et  de saison à la fois pour sa santé mais aussi pour réduire son budget. En effet, les fruits et  légumes hors saison sont importés de l’autre bout du monde. Acheter directement chez les  producteurs locaux permet d’avoir des aliments plus riches en nutriments et d’éviter le coût du transport, qui augmente nécessairement le prix de vente des produits. La nature est bien faite  et permet de nous offrir ce dont nous avons besoin au bon moment. En hiver, on mise sur les  fruits et légumes riches en énergie et vitamines comme les carottes et les choux. Tandis qu’en  été, notre corps se déshydrate plus facilement et réclame plus d’eau, il faut donc se tourner  vers ceux qui en regorgent comme le melon, la pastèque ou encore la tomate. Manger de  saison permet donc de varier son alimentation, une caractéristique fondamentale de l’équilibre  alimentaire. (ANNEXE 15) 

 

S’organiser, planifier et observer 

Il est aussi recommandé d’établir une liste et de prévoir ses menus de la semaine à l’avance  afin de ne pas céder aux tentations, ni se laisser piéger par les stratégies marketing ou les  promotions du type « deux achetés et un gratuit » qui poussent à la surconsommation et  potentiellement au gaspillage, selon une expertise collective de l’Inserm. 

 

C’est le cas également des « grands formats familiaux » soi-disant économiques, qui incitent  finalement à manger plus que ses besoins sans s’en rendre compte. Ajoutons que  ces « maxi formats » reviennent parfois plus cher que les formats classiques d’après une  récente enquête de l’ONG de défense des consommateurs Foodwatch. Il est donc important  de se fier au prix au kilos pour faire des économies. Prenons l’exemple du riz long grain  incollable (Lustucru), le format classique coûte 1,38 € soit 3,07 € le kilo tandis que son format  familial est à 2,83 €, soit 22,8 % plus cher au kilo. De la même manière, on constate on  augmentation de 29% au kilo pour les pains hamburgers géants Jacquet vendu 0,87 € en  format standard (soit 2,64 € au kilo) contre 1,69 € en maxi format, soit 3,41 € au kilo. De quoi  se laisser duper par une offre alléchante finalement plus couteuse. (ANNEXE 16) 

 

Certains pourraient croire que les marques sont de meilleure qualité. Cependant, ces produits  répercutent souvent sur le consommateur le coût supérieur d’emballage et d’un marketing haut  de gamme. Il n’y a souvent pas de grande différence en termes de goût ou de qualité entre  les produits de marques et les premiers prix. 

 

Cuisiner pour moins dépenser 

En cuisinant soi-même ses repas à l’aide d’aliments bruts, on peut maitriser les  assaisonnements, cuisiner en plus grande quantité le week-end par exemple pour anticiper  les repas suivants et donc éviter de consommer des plats cuisinés souvent remplis d’additifs et d’ingrédients nocifs pour la santé. 

 

Aller au supermarché rassasier  

D’autres petites habitudes simples à mettre en place permettront de réduire le total des  courses. Tout d’abord se rendre au supermarché le ventre plein permet de faire de meilleurs  choix alimentaires. En 2013, des chercheurs de l’Université de Cornell à Ithaca ont réalisé une  expérience sociale auprès d’une soixantaine de personnes. Les résultats de celle-ci, publiés  dans le JAMA Internal Medicine a révélé que les consommateurs faisant leurs courses en  ayant faim se tournent plus facilement vers desaliments plus gras et plus sucrés que ceux  ayant mangé avant. Une expérience menée en 2010 à l’institut neurologique de Montréal au  Canada a montré la responsabilité de la ghréline, hormone qui stimule l’appétit, dans ces  comportements impulsifs. D’après les chercheurs Alain Dagher et Deb Tang, en activant le  circuit de la récompense, cette hormone motive l’achat de junk-food. S’y rendre sans ses enfants pourrait également réduire nettement la facture. Ces êtres innocents et naïfs,  principale cible des industriels, risquent de se laisser séduire par des produits transformés  mauvais pour leur santé, attirés simplement par leur personnage préféré sur le paquet. C’est  pourquoi aux États-Unis, Kellog’s a supprimé les jouets de ses paquets de céréales, accusés  d’encourager les enfants à consommer des produits trop gras et trop sucrés et d’être  responsables du taux élevé d’enfants obèses ou en surpoids. 

 

Mieux ranger pour ne pas gaspiller 

La manière de ranger ses courses permettrait aussi de faire des économies. En veillant à  ranger dans l’ordre les produits arrivant en date de péremption dans son réfrigérateur, on limite  le gaspillage alimentaire. De plus, certains produits possèdent une « date limite de  consommation » (DLC) comme le lait, la viande ou le poisson. Mais en vous renseignant, vous  découvrirez que de nombreux produits possèdent une « date de durabilité minimale » (DDM ou DLUO) qui assure simplement des qualités gustatives optimales, ces derniers restant consommables bien après cette date. C’est le cas par exemple des produits secs et des  conserves. 

 

Penser aux surgelés 

Enfin, l’achat de légumes et de fruits surgelés peut être une alternative intéressante pour  réduire son budget alimentaire tout en prenant soin de sa santé. Certains pensent à tort qu’ils  contiennent moins de vitamines et minéraux cependant il est important de rappeler que ces  produits sont conditionnés juste après la récolte. Ainsi, des courgettes surgelées contiennent  bien plus de nutriments et vitamines que des courgettes fraiches laissées à l’abandon dans le  bac à légumes du réfrigérateur. 

Toutes ces astuces et conseils permettront à l’ensemble de la population d’améliorer son  alimentation et sa santé même avec un budget serré.  

 

CONCLUSION  

 

Manger équilibré n’est donc pas sorcier ! Grâce au PNNS et aux recommandations de  l’Anses nous avons toutes les clés en main pour mieux consommer et rester en bonne santé. L’équilibre alimentaire est tout à fait compatible avec un petit budget, encore faut-il savoir  comment faire. Pour cela, les nombreux conseils nutritionnels et les astuces disponible sur  Manger-Bouger.fr offrent aux consommateurs la possibilité de revoir son alimentation et éviter  les pièges des industriels visant à nous faire acheter toujours plus sans se soucier de l’impact  de cette surconsommation sur notre santé. 

 

Manger équilibré permet par la même occasion de réduire ses dépenses. En effet, qui dit  « bien manger » dit « bonne santé » et donc moins de frais médicaux. Quand on sait que les  français dépensaient en moyenne 1 125€ par personne et par an en 2017 (soit 10 € de plus  qu’en 2016). La réduction des dépenses médicales serait un avantage non négligeable,  surtout pour les foyers les plus précaires peinant à assurer ses soins. 

 

En cuisinant à la maison, on découvre de nouvelles saveurs, recettes, mais aussi le plaisir de  partager cette activité en famille où petits et grands peuvent participer pour mieux se régaler.  Cela permet d’être conscient de ce qu’on a réellement dans notre assiette et de dépenser  moins. En plus d’être meilleur pour la santé, cuisiner à partir de produits bruts revient moins  cher que d’acheter des produits transformés et des plats préparés. En achetant local et de  saison, on bénéficie de tous les avantages nutritionnels et organoleptiques des aliments, tout  en soutenant les producteurs et l’économie locale, gage de subsistance pour l’avenir. Une  autre alternative pourrait être de cultiver son propre potager et avoir de beaux légumes à  volonté, encore faut-il savoir et pouvoir s’occuper d’un jardin dont ne dispose pas toujours les  ménages précaires pour qui cela reste souvent de l’ordre du rêve inaccessible en termes d’achat et de temps.

 

 

BIBLIOGRAPHIE 

 

SITES WEB  

 

AFSSA (2011). Actualisation des apports nutritionnels conseillés pour les acides gras.  Rapport d’expertise collective, sur Anses.fr.Consulté le 15 mars 2020. 

Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2006sa0359Ra.pdf 

AFSSA (2007). Apport en protéines : consommation, qualité, besoins et  recommandations, sur Anses.fr. Consulté le 15 mars 2020.  

Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT-Ra-Proteines.pdf 

AFSSA (2010). Avis de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à  l’actualisation des apports nutritionnels conseillés pour les acides gras, sur Anses.fr. Consulté  le 15 mars 2020. Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2006sa0359.pdf 

AFSSA (2004). Glucides et santé : Etat des lieux, évaluation et recommandations, sur  Anses.fr. Consulté le 15 mars 2020. 

Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT-Ra-Glucides.pdf 

AFSSA (Septembre 2009). Etude individuelle Nationale des consommations  alimentaires 2 (INCA-2) (2006-2007), sur Anses.fr. Consulté le 15 mars 2020. Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/PASER-Ra-INCA2.pdf 

AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) (2002). Les fibres  alimentaires : définitions, méthodes de dosage, allégations nutritionnelles. Rapport du Comité  d’experts spécialisé en Nutrition humaine, sur Anses.fr. Consulté le 15 mars 2020. Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT-Ra-Fibres.pdf 

Alan D Dangour, Karen Lock, Arabella Hayter, Andrea Aikenhead, Elizabeth Allen,  Ricardo Uauy - The American Journal of Clinical Nutrition (Juillet 2010). Nutrition-related health  effects of organic foods: a systematic review, sur PubMed.gov. Consulté le 15 mars 2020. Disponible sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20463045 

CEED- Centre Européen d’Étude du Diabète- Lucie Igersheim (hiver 2016). Manger  équilibré pour moins de 5 €, c’est possible !, sur ceed-diabète.org. Consulté le 22 mars 2020. Disponible sur : http://ceed-diabete.org/blog/manger-equilibre-pour-moins-de-5-e-cest possible/ 

CERIN- Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelle (février 2020).  Alimentation, Santé & Petit Budget, sur Cerin.org. Consulté le 14 mars 2020. Disponible sur : https://www.cerin.org/wp-content/uploads/2020/02/NEWSLETTER PRECARITE-86.pdf 

Communiqué - Salle de presse par Inserm- Institut Nationale de la Santé et de la  Recherche Médicale (27 août 2015). Manger mieux avec un petit budget, c’est possible mais  c’est plus difficile, sur Presse.Inserm.fr. Consulté le 18 mars 2020.  

Disponible sur : https://presse.inserm.fr/manger-mieux-avec-un-petit-budget-cest-possible mais-cest-plus-difficile/20301/

 

Communiqué de presse FOODWATCH (24 avril 2020). Aliments en maxi format :  l’arnaque au prix dénoncée par foodwatch, sur foddwatch.org. Consulté le 24 avril 2020.  Disponible sur : https://www.foodwatch.org/fr/communiques-de-presse/2020/aliments-en maxi-format-larnaque-au-prix-denoncee-par-foodwatch/ 

Fédération Française de Cardiologie - Geneviève Potier de Courcy (juillet 2019).  Alimentation équilibrée, Bien manger, pour le bien-être, sur fedecardio.org. Consulté le 15  mars 2020. Disponible sur : https://www.fedecardio.org/sites/default/files/Juill-2019- Alimentation-Web.pdf 

Fédération Française de Cardiologie - Geneviève Potier de Courcy (mis à jour le 22  avril 2020). Qu’est-ce qu’une alimentation équilibrée, sur fedecardio.org. Consulté le 15 mars  2020. Disponible sur : https://www.fedecardio.org/Je-m-informe/Je-mange-equilibre/quest-ce quune-alimentation-equilibree 

Insee- Institut National de la Statistique et des Études Économiques (2015). Enquête  budget de famille, Agreste Memento 2015, sur Insee.fr. Consulté le 17 mars 2020.  Disponible sur : https://www.insee.fr/fr/metadonnees/source/serie/s1194 

Inserm-Institut Nationale de la Santé et de la Recherche Médicale (2017). Expertise  collective : Agir sur les comportements nutritionnels, sur iPubli-Inserm. Consulté le 16 mars  2020. 

Disponible sur : http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/7472/?sequence=44 

Manger Bouger – Programme Nationale Nutrition Santé (PNNS). Comment faire ses  courses ?, sur MangerBouger.fr. Consulté le 18 mars 2020. 

Disponible sur : https://www.mangerbouger.fr/Manger-mieux/Comment-manger mieux/Comment-faire-ses-courses 

Manger Bouger – Programme Nationale Nutrition Santé (PNNS). Comment se régaler  sans se ruiner ?, sur MangerBouger.fr. Consulté le 18 mars 2020. 

Disponible sur : https://www.mangerbouger.fr/Manger-mieux/Comment-manger mieux/Comment-se-regaler-sans-se-ruiner 

Manger Bouger – Programme Nationale Nutrition Santé (PNNS).  

Qu’est-ce que le Nutri-Score ?, sur MangerBouger.fr. Consulté le 15 mars 2020. Disponible sur : https://www.mangerbouger.fr/Manger-mieux/Comment-manger mieux/Comment-comprendre-les-informations-nutritionnelles/Qu-est-ce-que-le-Nutri-Score 

Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt (mars 2015). Agreste  Alimentation Memento 2015, sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr. Consulté le 16 mars 2020.  Disponible sur :  

http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/memo_alimentation_MAAF_mars_2015_cle 0574d4.pdf 

Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (02 août 2017). #EGalim : 20% du  budget des ménages est consacré à l'alimentation, sur Agriculture.gouv.fr. Consulté le 16 mars  2020. Disponible sur : https://agriculture.gouv.fr/egalim-20-du-budget-des-menages-est consacre-lalimentation 

Obepi Roche, Recherche Médicale, Maladie Cardio Vasculaire (2012). Enquête  nationale ObEpi 2012, sur Roche.fr. Consulté le 16 mars 2020. 

Disponible sur : https://www.roche.fr/fr/innovation-recherche-medicale/decouverte scientifique-medicale/cardio-metabolisme/enquete-nationale-obepi-2012.html

 

PNNS (Programme National Nutrition Santé). Le PNNS 2011-2015. Consulté le 15  mars 2020.  

Disponible sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/PNNS_2011-2015.pdf 

PNNS (Programme National Nutrition Santé). Le PNNS 2019-2023. Consulté le 15  mars 2020.  

Disponible sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/pnns4_2019-2023.pdf 

Réseau Atlantique Diabète - Marie BITAUD (13 mars 2015). Équilibre alimentaire et  petit budget, sur ACREDIA Atlantique Diabète. Consulté le 22 mars 2020. Disponible sur : http://www.atlantiquediabete.com/alimentation--petit-budget.pdf 

R.L. Weinsier - American Journal of Clinical Nutrition (Septembre 2000). Dairy foods  and bone health: examination of the evidence, sur PubMed.gov. Consulté le 16 mars 2020. Disponible sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10966884 

LIVRES 

Marc Dufumier (6 février 2014). 50 Idées reçues sur l'agriculture et l'alimentation.  Allary Editions, 256 pages.

 
 

 

 

0

Commentaires

Image CAPTCHA